Guebwiller - Thann

 

                                                       

Le chemin des châteaux forts d’Alsace de Guebwiller à Thann
Mardi 1er 2018

 

 

En ce 1er mai 2018, répondant à l’invitation de l’association des châteaux forts d’Alsace et du club Vosgien de Guebwiller, ce sont 4 marcheurs de RANDO FLORIVAL qui se sont élancés depuis la place de l’Hôtel de ville à Guebwiller en compagnie de 22 autres marcheurs pour cette 26ème et dernière  étape du chemin des châteaux forts d’Alsace.

Au départ, le long de la LAUCH à GUEBWILLER

 

    Les organisateurs M.KIEFFER & A. MULLER

Après les présentations d’usage et les consignes de Maurice KIEFFER, le président du CV Guebwiller et guide du jour, nous traversons la ville et cheminons le long de la Lauch pour atteindre le premier château de cette grande balade : le Hugstein.

   Consignes pour la journée

 

Comme nous le rappelle Jean-Marie NICK lors de la petite visite guidée du site, le 1er mai est aussi la journée des châteaux forts en Alsace, « Tous au château ».

 

 

Entrée du château du HUGSTEIN          

 

Le château du Hugstein a été construit en 1227 par Hugo (Hugues) de Rothenbourg, prince abbé de Murbach de 1216 à 1236.
Il fut construit entre les communes de Buhl et Guebwiller, pour défendre à la fois l'abbaye de Murbach et l'entrée de la vallée du Florival.
En 1313 l'abbé Conrad Wiedergrun de Stauffenberg consacre la chapelle du château à la sainte Croix et à Saint Benoît.
L'abbé Barthélémy d'Andlau modernise le Hugstein au cours du XVe siècle en lui adjoignant notamment une tour-porte ornée d'une frise et dotée d'un pont-levis.

Deux nouvelles tours sont également ajoutées au système défensif du château bien que son rôle principal soit résidentiel.
Georges de Masevaux en continue la restauration mais meurt en 1542.
Le château devient alors l'enjeu d'une querelle de succession entre Henri de Jestetten et son cousin Rodolphe Stoer de Stoerenbourg, abbé de Honcourt et capitulaire de Murbach. Ce dernier obtint finalement gain de cause mais le castel en souffrit.
En 1598, le château est frappé par la foudre.
Il servira au début du XVIIe siècle de prison, particulièrement pour les luthériens ou encore pour les sorcières dont on dit que certaines furent brulées devant le château. Abandonné par la suite, il sert encore de refuge aux pauvres gens avant d'être finalement utilisé comme carrière de pierres. La pierre dont est construit le château fut extraite du fossé qui l'entoure.

 

Le donjon cylindrique de 10 mètres de diamètre est relativement rare en Alsace. La partie haute du donjon a disparu depuis l'époque où le site servait de carrière. Le logis principal devait comporter deux voire trois étages ce qui conférait au bâtiment une splendeur certaine. La clef de voûte de la chapelle mitoyenne (ou peut-être intégrée à la demeure) est visible au musée du Florival à Guebwiller. L'ensemble défensif est constitué d'un rempart arrondi aux angles, en fait un leurre pour donner l'impression à l'assaillant que le château était équipé de tours cylindriques.

Les commentaires du guide

Vue sur le Florival depuis le château 

 

 

Visite trop courte, mais l’itinéraire  étant assez long, il faut déjà gravir la côte qui va nous mener au col du Peternit. 

Le temps est un peu frais et le rythme de la marche soutenu.

Vue sur le vallon de Rimbach 

 

Nous voilà bientôt au Bildstoeckle où nous dirigeons vers le vallon de Rimbach pour remonter, après le château d’eau de Jungholtz, sur la hauteur de Sainte ANNE où il est temps de faire la pause méridienne au soleil.
Alexandre MULLER, l’organisateur, nous y rejoint pour ce moment convivial.

 

La pente est douce mais continue, le tracé nous conduit maintenant sur le site de la Croix Zimmermann où les lieux nous rappellent par les nombreux abris et blockhaus encore présents sur la ligne de front de la grande guerre.

 

 

 

 

 

 

 

Une dernière montée assez raide nous conduit sur l’emplacement de                                                           l’Hartfelsenshloss.

 

 

Cet endroit a servi d’observatoire pendant les combats et il ne subsiste plus dans le paysage que les anciens fossés de ce château.

 

 

 

 

Un petit détour à la chapelle Sicurani nous rappelle la mémoire des vaillants combattants de 1914/18.

 

Chapelle Sicurani  

 

La pente devient plus raide, au fur et à mesure que nous approchons de la crête. Situé à 948 mètres le château du FREUNSTEIN est l'un des plus hauts d’Alsace. Une petite pause y est la bienvenue après toute cette longue montée.

 

Au pied du Freunstein

 

Le château fut bâti dans la seconde moitié du XIIIe siècle avec la particularité d'appartenir à deux suzerains, l'abbaye de Murbach et l'évêque de Strasbourg. Il est en ruine : restes d’un donjon qui a aussi servi de logis, escalier très endommagé et périlleux d'accès, abandonné et dont la destination fut maintes fois modifiée au cours de l'histoire.
Son état s'est progressivement altéré depuis le début du XIVe siècle, et s'est gravement dégradé suite au Séisme de 1356 à Bâle.

 

            En 1457 les Waldner de Freundstein achètent aux Nobles de Wattwiller, le château de Weckenthal (situé à l’extrême sud du ban de Berrwiller. Seize années plus tard, en 1473, les Soultziens en guerre avec les Waldner, pillent le village de Berrwiller et assiègent le château de Weckenthal, mais sans parvenir à y entrer. En 1490, ces mêmes Soultziens mettent à sac le château de Freundstein, propriété des Waldner. Cette seconde vague du pillage du Château intervient après celle des Mulhousiens en 1441 en conflit avec la Famille Waldner de Freundstein.

En 1525 au cours de la guerre des Paysans allemands, un incendie causé par un soulèvement et le siège par les rustauds venus du Sundgau (nota: les paysans veulent conserver le « vieux droit » transmis oralement et n'acceptent pas le droit romain que les seigneurs souhaitent introduire), ravage à nouveau le château , plus tard l'édifice sera détruit par la foudre en 1562.

Il fut partiellement restauré au cours du XIVe siècle mais sera définitivement abandonné au début du XVIIe siècle.
Rappelons que le château faisant face au Vieil-Armand et situé non loin de la ligne de front, fut reconverti à partir de fin 1915, en observatoire militaire par l'armée française durant la Seconde Guerre Mondiale. L'édifice fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis 1922

 

Nous abordons, ensuite, la dernière partie de ce périple pour rejoindre Thann. Nous retrouvons des lieux marqués par l’histoire. Le camp Turenne, le camp des Pyramides, tous ces lieux de la lignes de front de la première guerre mondiale et les sommets qui la ponctue Glaserberg (921m),Erzenbachkopf (791),Grumbachkopf (676m) où quelques fleurs balisent les sentiers comme la très commune Euphorbe petit cyprès (Euphorbia cyparissias).

 

 

 

Le Camp Turenne (909m)… C’était en 1914 et 1918, une importante étape sur la route du Vieil Armand, un hôpital de campagne, un camp de réserves et l’état-major s’y étaient établis.

Pourquoi Camp Turenne ? Durant la guerre de Dévolution, Turenne né à Sedan en 1611, mort à Sasbach en 1675, Henri de la Tour d’Auvergne, vicomte de Turenne, dirige l’armée française qui envahi la Flandre et s’empare de plusieurs villes. Durant la guerre de Hollande, battu par les Impérieux de Raimondo Montecuccoli, il est obligé de repasser le Rhin en 1673. Il prend sa revanche en juin 1674, à la bataille de Sinsheim où il empêche la jonction des deux armées ennemies. Un mois plus tard, il ordonne le ravage du Palatinat, il vainc à nouveau les Impériaux en Alsace à la bataille d’Entzheim en octobre 1674 mais se replie sur Saverne et Haguenau, laissant les Allemands prendre leurs quartiers d’hiver en Alsace. Contrairement à tous les usages militaires de l’époque, il n’hésite pas à attaquer en plein hiver, fond sur Belfort le 27 décembre 1674, entre dans Mulhouse le 29. Les Impériaux sont basés à Turckheim. Sa stratégie consiste à surprendre l’ennemi en attaquant par la montagne, il monte sur les hauteurs de la ville de Thann et établit son camp à l’endroit encore dénommé « camp Turenne ». Son armée longe la crête et, arrivé au-dessus du camp adverse le 5 janvier 1675, déboule dans la vallée et prend l’adversaire par surprise, bat les Impériaux à Turckheim et les force à repasser le Rhin. Peu après Turenne est tué par un boulet de canon, lors de la bataille de Sasbach où il se trouve à nouveau face à son vieil adversaire Montecucooli. Son corps repose aux Invalides depuis 1800.Une citation de Henri, vicomte de Turenne : « tu trembles carcasses, mais tu tremblerais bien davantage si tu savais où je vais te mener !! »

 

Le temps file et nous nous hâtons dans la descente vers le Château de l’Engelbourg communément appelé l’Œil de la Sorcière.

            Résidence des comtes de Ferrette, puis des Habsbourg, le château contrôlait la route commerciale du col du Bussang. Détruit sous Louis XIV, un tronçon du donjon cylindrique s’est couché à l’horizontale, ce qui fait penser à un oeil ouvert sur la vallée. Depuis, on donne à l’Engelbourg  le surnom d’oeil de la sorcière.
Il occupe le sommet du Schlossberg à 443 mètres d’altitude, dominant la ville de 100 mètres. Sa construction par les comtes de Ferrette se place avant 1234. Il s’agit pour eux d’imposer un péage sur l’importante route qui mène au col de Bussang vers la Lorraine. En fortifiant la ville en 1290, les Ferrette assurent leur mainmise sur l’entrée de la vallée.

En 1324, Thann et son château entrent dans les possessions autrichiennes (Habsbourg) par le mariage de Jeanne de Ferrette avec Albert II le Sage. Le château, modernisé aux XIIIe-XIVe siècles, tombe aux mains de Charles le Téméraire lorsque les Bourguignons tentent de se constituer un domaine à l‘ouest du Rhin afin de relier leur duché de Bourgogne à leurs possessions en Flandres. Les Bourguignons rédigent, en 1471/1473, un rapport sur l’état de la place soulignant qu’il a mal été entretenu: les toitures de tuiles ou de bardeaux sont en mauvais état et les remparts sont dépourvus de pièces d’artillerie. Entre 1557 et 1672, le site fait l’objet de travaux ; il échut, en mauvais état, au cardinal Mazarin en 1658. Mais, en 1673, alors que le Traité de Westphalie (1648) avait repoussé la frontière des Vosges jusqu’au Rhin, Louis XIV en ordonne le démantèlement, l’Engelbourg n’ayant plus d’intérêt stratégique. Lors de la destruction du donjon circulaire par les mineurs mandatés par l’intendant Poncet de La Rivière, celui-ci se brise en plusieurs tronçons. L’un d’eux, coincé au sommet du rocher, est surnommé « l’œil de la sorcière » et fait la célébrité de la ruine.    En 2013, une association des amis de l’Engelbourg s’est créée. Elle a vocation à assurer la préservation et l’animation du site.

 

               Collégiale Saint Thiébault  

 

Vignoble du RANGEN de THANN 

 

Il est déjà plus de 18 heures quand nous sommes accueillis par Mme Flavia DIET, adjointe au maire Déléguée à la Culture et au Tourisme.
Nous profitons de la collation offerte par les Amis de l’Engelbourg.

 

Il est temps, au bout de ces 25 km de réaliser les photos du jour et on reconnaitra, sur ces clichés, au pied du château (de gauche à droite) : Éliane, Annick et Rosita d’une part et Dominique, Ginette, l’animateur et Mireille, d’autre part sur l’autre vignette.

 

Les marcheuses de RANDO FLORIVAL 

L'animateur et ses amis 

 

C’était la dernière étape sur le chemin des châteaux forts d’Alsace. Cette belle balade se termine par une dernière descente sur la ville de Thann où nous pouvons rejoindre nos véhicules au terme d’une sympathique randonnée qui a été appréciée par l’ensemble des marcheurs.

 

Vos animateurs et guides Pierre DITNER et Pierre PRUD’HOMME de RANDO FLORIVAL (photos et commentaires de Pierre PRUD’HOMME)

 Les détails techniques :

  • Le parcours : GUEWILLER-Le Hugstein-Col du Peternit-Bildstoeckle-Ste-Anne-Croix Zimmermann-Hartfelsenschloss-Chapelle Sicurani-Château du Freunstein-Le camp Turenne-Camp des Pyramides-Col du Grumbach-Château de l’Engelbourg-THANN. 
  •  La performance : 24,9km; 8h15’ de balade (6h30h de marche effective);1150m de dénivelé ; température 7,8°C; temps ensoleillé; petit vent d’Ouest (11km/h). 
  • Les participants : (7x) : Annick, Éliane, Rosita et Pierre Prud’homme l’animateur de RANDO FLORIVAL accompagné de Mireille, Dominique et Ginette. 
  • Les références : Cartes IGN 3719 OT TOP 25 1/ 25 000ème GRAND BALLON Guebwiller. Munster PNR DES BALLONS DES VOSGES et 3620 ET TOP 25 THANN MASEVAUX BALLON D’ALSACE PNR DES BALLONS DES VOSGES.
  • Documentation : Wikipédia, Visorando, WWW.chateauxfortsalsace.com; hartmannswillerkopf.e-monsite.com.

 

Maison du Temps Libre Mulhouse Espace Bel Age

 Actualités


Actualités MULHOUSE et couronne

  • Cardiotraining à la MTL : modifications à partir du 01/07 et poursuite de l'activité cet été.
  • Balades pour tous MTL Les sorties de Juillet

 

Actualités BASSIN POTASSIQUE et CENTRE Haut-Rhin

  • Rando FlorivalProgramme des randonnées du 3° Trimestre 2018
    Sorties de juillet
  • Randos  Soultz
    Les randonnées du troisième trimestre 2018


Haut-Rhin NORD et COLMAR : Les Actus Animation

Sortie "Carpes - frites"  Sundgau 13/09
> Voir toutes les Actualités

Trouvez votre animation :